Traincan
HomeContact UsFAQ'sNews and InfoResourcesClient ListStudent Login

  Nouvelles
  

Araignées dans des raisins

Le MAPAQ suit l'évolution de la situation 
Agence QMI 
Carol-Anne Massé
20/07/2012 


REPENTIGNY - Une résidante de Repentigny, dans Lanaudière, a eu une fin de soirée plutôt agitée, jeudi, lorsqu'elle a découvert une araignée dans un sac de raisins à son retour de l'épicerie. 

Quelques minutes avant d'être surprise par l'insecte, Maria Papa était occupée à laver les raisins rouges qu'elle venait tout juste d'acheter au supermarché IGA du boulevard Brien. 

«Je les ai mis dans un plat et je les ai manipulés pour les rincer», a-t-elle expliqué. Ce faisant, elle en a mangé quelques-uns. 

Une araignée aura tôt fait de lui couper l'appétit. Trop apeurée pour la tuer, la dame l'a rapidement isolée «J'ai mis le couvercle du micro-ondes par-dessus en attendant mon conjoint», a-t-elle avoué. 

À son arrivée, ce dernier a indiqué à sa femme qu'il s'agissait d'une veuve noire. «Il m'a montré l'article dans le journal [qui traitait d'un cas similaire] , et j'ai appelé la police», a raconté Maria Papa. 

La veuve noire, une araignée qui vit en Amérique du Nord, peut être mortelle pour l'être humain. Pour se défendre, la veuve noire mord et injecte alors un venin toxique qui nécessite des soins immédiats. 

Après une brève visite au IGA pour avertir l'établissement de la situation, le couple a apporté l'araignée au poste de police. «Je ne voulais pas l'héberger!», a souligné la femme, qui a été nerveuse tout au long de l'épisode. 

Informé de la situation, le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ) a pris la situation en main vendredi matin. Maria Papa a reçu un appel du ministère, qui indiquait avoir l'araignée en sa possession. La responsable lui a également dit que «la palette de ces raisins-là» avait été retirée au supermarché et qu'une visite au fournisseur serait faite. 

Refusant de commenter le cas en question, Johanne Minville, conseillère régionale en inspection des aliments au MAPAQ, a confirmé que deux cas d'araignées dans des raisins étaient en analyse, vendredi, en fin d'après-midi. Comme le cas de Maria Papa est récent, il est probable que l'araignée qu'elle a trouvée soit l'un des deux cas en investigation. 

Johanne Minville a précisé que la situation actuelle n'avait rien d'alarmant: «On est habitués qu'il y ait une recrudescence l'été.» Quatre ou cinq cas de veuve noire sont généralement répertoriés chaque année. 

Depuis le mois de janvier, deux cas ont été confirmés à la suite d'une analyse en laboratoire. Chaque fois, l'Agence canadienne d'inspection des aliments collabore avec le MAPAQ, s'occupant entre autres de faire le suivi avec les organisations étrangères. 

Les enquêtes prennent peu de temps, une fois l'insecte arrivé à Québec, où se déroulent les tests. Bien qu'elle affirme que l'analyse soit facilitée si l'araignée est vivante, Johanne Minville recommande à un consommateur qui ferait une désagréable découverte dans son sac de raisins de «prendre les précautions pour protéger avant tout sa santé.» Il est recommandé de tuer l'insecte plutôt que de tenter de le capturer. 

Une fois l'araignée éliminée, les raisins peuvent être consommés après un nettoyage à l'eau tiède. «L'araignée ne va pas contaminer les raisins», a conclu Johanne Minville. 

Au lendemain de la mésaventure dans laquelle elle a été plongée malgré elle, Maria Papa est soulagée du dénouement de l'histoire. 

«J'ai été chanceuse de ne pas me faire piquer!» a-t-elle lancé. Pour ce qui est de son appétit pour les raisins, elle affirme qu'il a disparu pour un bon moment. Dommage parce que ceux de la veille «étaient très bons».